Une loi pour distinguer la boulangerie du « dépôt de pain » ?

 

Nous n’avons pas l’habitude de pointer du doigt des problèmes. Mais pour une fois, il nous semble important de mettre en avant une réalité : le métier d’artisan boulanger et pâtissier n est pas reconnu à sa juste valeur en Belgique.

Un consommateur ne peut aujourd’hui pas faire la distinction entre un « dépôt de pain » et une « boulangerie dont les produits sont réalisés de A à Z dans un atelier situé à côté du magasin ». La raison ? La loi en Belgique n’exige pas de critères particuliers pour l’appellation boulangerie ou pâtisserie. Un commerçant qui achète des croissants surgelés pour simplement les cuire peut dès lors s’appeler « boulangerie ». En France, par exemple, un cadre légal protège le métier, surtout pour la « boulangerie ».

Voici un extrait du texte ici ( L’article L 121-80, modifié en L 122-17 créé par ordonnance 2016-301 du 14 mars 2016) « Les professionnels qui n’assurent pas eux-mêmes, à partir de matières premières choisies, le pétrissage de la pâte, sa fermentation et sa mise en forme ainsi que la cuisson du pain sur le lieu de vente au consommateur final ne peuvent utiliser l’appellation de  » boulanger  » et l’enseigne commerciale de  » boulangerie  » ou une dénomination susceptible de porter à confusion, sur le lieu de vente du pain au consommateur final ou dans des publicités à l’exclusion des documents commerciaux à usage strictement professionnel. La pâte et les pains ne peuvent à aucun stade de la production ou de la vente être surgelés ou congelés. » (Explications complètes à lire ici

Pour compenser cette absence de loi, des labels existent en Belgique. « Tartine et boterham » essaye d’ailleurs à sa manière de remettre en valeur ces artisans qui réalisent tout de A à Z. Le mot « artisanal » est quant à lui surveillé par le SPF Economie (voir ici) et il existe l’initiative « Regartisans », qui offre une reconnaissance légale à un artisan, mais seulement si l’artisan le demande Nous ne condamnons pas les enseignes qui « cuisent sur place », nous lançons juste un appel aux responsables politiques belges en leur posant une question : ne serait-il pas temps de mettre en place un cadre légal pour permettre au consommateur de faire la distinction entre un « dépôt de pain » et une « boulangerie et/ou pâtisserie artisanale » ? Quant aux pâtisserie, le consommateur ne devrait-il pas pouvoir distinguer la pâtisserie artisanale ? 

———

N’hésitez pas à partager cet article ou même passer le message à des responsables politiques. Vous pouvez également nous envoyer un mail ici : hello@tartine-et-boterham.be